De plus en plus, nous entendons parler de permaculture dans les discussions. De nombreux livres traitent du sujet, de nombreuses personnes revendiquent ces méthodes, mais à quoi ce terme fait-il référence au juste?

Le terme « permaculture » prend sa source de l’expression anglaise « permanent agriculture » (agriculture permanente) et il apparaît pour la première fois en 1978 dans un livre, « Perma-culture 1 » , issu d’une collaboration entre deux australiens, Bill Morillon et Ted Holmgren. Aujourd’hui, différentes définitions sont données de ce mot qui finalement se rapproche plus d’une « manière de penser » que de techniques claires.

UNE MÉTHODE AGRICOLE
La permaculture se concentre avant tout sur l’agriculture. Elle vise à créer un système s’inspirant de la nature pour développer sa production.

L’illustration que l’on pourrait en faire serait celle d’une forêt comestible où chaque strate est nourricière, où l’on maximise l’utilisation de l’espace et où les associations de cultures sont bénéfiques les unes aux autres (création d’ombre, apport de nutriments, hôte à insectes auxiliaires, maintien de l’humidité…).
Pour simplifier, quatre niveaux d’échelle sont pris en compte:
– les arbres
– les arbustes
– les herbes
– le sol

Par contradiction avec la monoculture, la permaculture amène à créer de la diversité pour renforcer son écosystème. Un champ de blé, s’il est attaqué par un ravageur risque d’être détruit entièrement, alors qu’un champ en permaculture amènera de lui-même des solutions par la présence d’autres insectes prédateurs du fait de la variété des espèces.
Dans la pratique, de nombreuses techniques s’inspirant du vivant sont apparues: le paillage, le BRF ou Bois Raméal Fragmenté (paillage spécifique avec du bois broyé), les EM ou Micro-organismes Efficaces en français (apport de bactéries et de levures cultivées pour accélérer le compostage), la culture sur buttes, les associations de cultures, l‘agroforesterie

Les schémas proposés varient en fonction des personnes et des régions du monde. Quelques exemples:
Mollison et Holmgren en Australie
https://www.eyrolles.com/Sciences/Livre/perma-culture-tome-1-9782867330308/
– avant eux, Fukuoka au Japon
https://kokopelli-semences.fr/fr/p/LIV0379-la-revolution-d-un-seul-brin-de-paille
– aujourd’hui, Perrine et Charles Hervé-Gruyer en Normandie
https://www.fermedubec.com/

LE DESIGN
Cette notion de design ou de dessin revient fréquemment lorsque l’on aborde la permaculture car l’un de ses fondements est l’effet de bordure.

Le postulat de base ici est qu’au croisement de deux habitats, l’environnement est plus riche, autrement dit, la relation entre deux écosystèmes crée de la richesse.

Par biomimétisme, la permaculture amène à recréer ces phénomènes. On amène dans le jardin une zone humide (bassin, marre), une zone plus boisée (association fruits à coques/petits fruits, association verger/légumes), une prairie fleurie (jachère ou engrais verts)…

On dessine comme la nature le ferait suivant des formes souvent arrondies. Afin d’être au plus juste avec son environnement, il faut l’observer (vent dominant, ensoleillement…) et l’analyser (étude de la composition du sol, étude de son pH).

Il n’y a toutefois pas de règles strictes à proprement parler, toutes ces notions restent libres dans leurs interprétations. De plus, prenons l’exemple d’un système faisant ses preuves sur une terre aride australienne, il n’aura probablement aucune chance en Normandie, les climats étant bien trop différents. C’est pourquoi la notion de « permaculture » est faite de zones de flou.

ET LE BIO DANS TOUT ÇA?
Le « bio » ou l’agriculture biologique est régit par des normes en fonction de label (« AB » en France, « eurofeuille » dans l’Union Européenne). Chacun d’eux a son cahier des charges et, en bref, ils interdisent l’emploi de pesticides et d’engrais chimiques de synthèse. Ils n’obligent en rien à utiliser des techniques permacoles comme les associations de cultures par exemple. Au contraire, l’agriculture biologique est de nos jours de plus en plus intensives.

POUR RÉSUMER
La permaculture est aujourd’hui un mot attribué à une forme d’agriculture basée sur le vivant. Ses techniques proviennent principalement de l’ère pré-industriel, c’est un retour vers des techniques parfois ancestrales qui sont remises au goût du jour.

DE LA PERMACULTURE CHEZ VOUS
ART DU POTAGER utilise ces techniques dans ses réalisations, alors si vous désirez un jardin en permaculture, n’hésitez pas et CONTACTEZ-NOUS.