Le traitement des déchets verts devient vite un sujet important lorsqu’on possède un jardin. Il serait dommage de ne pas profiter de cette matière organique dont les nutriments pourraient fertiliser votre sol.

Pour éviter les va-et-vient à la déchetterie et utiliser cette manne nutritive, il vous suffit d’installer un composteur.

Le compostage est un processus naturel, votre travail se limite à réunir les conditions optimales en suivant des règles très simples.

LES 5 RÈGLES DU COMPOST

TROUVEZ LA BONNE PLACE
Choisissez soigneusement l’emplacement du composteur. La priorité est de trouver le lieu le moins exposé au soleil possible. L’ensoleillement favoriserait un dessèchement de la matière organique et un arrêt de la décomposition. Il ne faut toutefois pas trop l’éloigner de votre potager ou de la cuisine car il doit rester facile d’accès afin que vous l’alimentiez régulièrement.

APPROVISIONNEZ-LE
Si nous devons manger un peu de tout, et bien le composteur aussi. La décomposition des végétaux est en effet comparable à la digestion chez l’être humain. Ici, ce sont des micro-organismes (champignons, levures, bactéries… ) qui dégradent la matière. Il faut donc leur apporter un peu de tout.
– Une moitié de matière verte (fraîche): déchets de cuisine, déchets de tonte..
– Une moitié de matière brune (sèche): feuilles, brindilles, branches, écorces, copeaux.. (un broyage permettra d’accélérer le processus car ce sont ces éléments qui prennent le plus de temps à se décomposer).
Une trop forte concentration d’un élément, même si elle vous apporte de la quantité, risque d’être défavorable à vos cultures. Dans ce cas, stockez les matières brunes sur un tas à part, et apportez en au fur et à mesure. Pour les déchets de tontes, faites sécher une partie puis stockez la en sac pour vos paillages.

AÉREZ-LE
À chacun de vos apports, brassez la surface de votre compost avec une fourche ou une bêche à dents afin de le mélanger avec les précédents. L’oxygénation est indispensable aux micro-organismes. Sans ça, vous risquez de déclencher une fermentation anaérobique, une putréfaction malodorante qui ne donne pas un compost fertile.

ARROSEZ-LE
Maintenez une humidité constante et arrosez votre compost si vous le jugez nécessaire. Évitez toutefois les excès qui provoqueraient une fermentation anaérobique, une prolifération de moucherons et des mauvaises odeurs. Afin de mieux contrôler l’apport en eau, couvrez toujours le composteur, cela le protège des pluies et de l’évaporation.

ATTENDEZ
Il vous faudra vous armer de patience. Pour un compost bien mûr, il faut de 6 mois à un an selon les conditions. Pour accélérer le processus, broyez les branches, brindilles et copeaux.
Retourner le compost entièrement permet un brassage des couches aux stades de décomposition différents et vous fera aussi gagner du temps. Pour cela, l’idéal est de posséder deux composteurs l’un à côté de l’autre. Lorsque le premier est rempli, transvasez le compost dans le second en commençant par le dessus qui se retrouvera en dessous, et le dessous au dessus. Profitez-en pour bien mélanger. Le temps que le premier composteur se remplisse à nouveau, le compost le plus ancien sera prêt à être mis en sac, libérant la place et permettant de répéter le processus.
Afin d‘être sûre que le compost soit mûr, assurez vous qu’il soit noir, qu’il ait l’odeur de l’humus de forêt et que ses éléments ne soit plus reconnaissables. Vous ne trouvez normalement presque plus de vers de compost.
Un compost mi-mûr, c’est-à-dire pas entièrement composté avec une plus forte concentration en vers de compost, peut être utilisé pour des plantes gourmandes telle les courges ou la tomate.

ASTUCES ART DU POTAGER
<> Incorporez des orties fraîchement coupés lorsque vous débutez un compost. Cette plante, chargée en azote, est un « activateur » à compost.
<> Compostez le fumier avant de l’épandre. Ajoutez-le en quantité modérée dans votre compost, et faites un tas avec le reste que vous mélangez à de la matière sèche (paille). Un fumier composté sera plus rapidement assimilable par vos plantes.

En bref, c’est en ayant les mains brunes que l’on a la main verte.

Pour en savoir plus,
CONTACTEZ-NOUS